La seega

La seega - La seega

2 joueurs
Matériel: carton, crayon.

48 pions de deux couleurs différentes (24 + 24)
La seega est peut-être une survivance du jeu romain des latroncules dont parlent Varron et Ovide et qui était un pu intermédiaire entre les échecs et les dames.
Les fellahins y jouaient en Egypte au XIX’ siècle. Aujourd’hui encore, on le pra-tique dans les Somalis – et l’on sort que l’Empire romain étendait jusque-là ses frontières.

Le matériel
La seega se joue sur un damier carré de quarante-neuf ou de quatre-
vingt-une cases. Les joueurs reçoivent vingt-quatre pions chacun dans le premier cas et quarante pions dans le second. L’un a les blancs, l’autre les noirs.

La partie
La partie se déroule en deux phases.

Première phase
Les joueurs placent à tour de rôle deux jetons à la fois sur n’importe
quelles cases libres du damier a l’exception de celle du centre (un jeton par case). Aucune prise ne peut alors être faite.
Le joueur qui pose les deux derniers pions commence la seconde phase.

Deuxième phase
Les joueurs cherchent à prendre le plus de pièces ennemies possible
tout en protégeant les leurs.
– Un pion se déplace horizontalement ou verticalement pour se poser
sur toute case contiguë inoccupée, y compris celle du centre.
– Un joueur capture un pion ennemi et le retire du jeu lorsqu’il réussit
à l’emprisonner entre deux de ses pions horizontalement ou verticalement (mais non en diagonale). Il continue à mouvoir son propre pion tant que celui-ci peut effectuer des prises successives.
– Un seul mouvement peut permettre a un pion d’opérer plusieurs captures simultanées.
Dans la figure ci-dessous, le pion blanc opère trois captures par un seul mouvement.

– Le pion qui occupe la case centrale ne peut être capturé.
Un joueur peut introduire son pion entre deux pièces ennemies sans
danger. En effet, la capture n’a lieu que si c’est l’ennemi lui-même qui
opère le mouvement.
Quand un joueur ne peut plus bouger, son adversaire est tenu de
jouer à nouveau pour lui faire une ouverture.
La faiblesse de ce jeu est. en effet, d’aboutir à une partie nulle car chaque joueur peut construire une barrière derrière laquelle s’abriteront seulement ses pièces qu’il déplacera sans aucun risque d’attaque. La victoire dépendra donc beaucoup de la première phase.
– Si un joueur réussit à prendre toutes les pièces de l’ennemi, sa vic-
toire est évidente.
Lorsque chacun des joueurs a édifié sa barrière, celui qui a conservé le
plus grand nombre de pions est le gagnant.
Mais s’ils ont tous deux un nombre égal de pions, la partie est nulle.

Commentaires

dessin facile, pendu, dessin facile a reproduire, chanson bébé, crayon de couleur.