La transmission morse

transmission morse

De nombreuses activités de scoutisme utilisent la transmission morse qu’il est donc indispensable de connaître pour pouvoir participer aux grands jeux.
Le morse est un système de transmission télégraphique conçu par
Samuel Morse, peintre et physicien américain, qui le fit breveter en 1840. Le premier message en morse a été essayé entre Washington et Baltimore en 1844; la France a adopté ce système en 1856.
Le grand avantage de ce langage est de ne comprendre que deux
signaux, l’un bref, l’autre long: le point et le trait, qui. par de multiples
combinaisons, représentent toutes les lettres de l’alphabet, les signes de ponctuation, les chiffres et les signaux de service.
Le point est exprimé par un son bref (1 unité), une émission lumineuse rapide ou par l’apparition d’un objet: bras, fanion, chapeau… Le trait est exprimé par un son long (4 ou 5 unités), une émission lumineuse prolongée dans les mêmes proportions ou par l’apparition de deux objets: bras, fanions, chapeaux ou autre.

Les différentes formes de morse
Le scoutisme utilise le morse au sifflet, le morse lumineux avec des
lampes torches et le morse à bras. La durée habituelle pour une unité
est de une seconde (elle ne doit pas être inférieure).
Pour le morse au sifflet.il est important de bien couper les sons; c’est
le mode de transmission le plus rapide. On compte I unité entre deux
signes (point ou trait) et 8 unités entre deux lettres.
Dans le morse lumineux, alors que le point dure une seconde, il faut
compter 10 secondes pour un trait lumineux. De même, on laissera
s’écouler 10 secondes entre deux lettres et I seconde entre deux signes. On prendra garde de ne pas prévoir l’usage de morse lumineux par temps de neige, de brouillard ou de pluie: les messages auraient peu de chance d’être captés!

Le morse à bras s’emploie de jour pour les distances supérieures à
300 mètres.
Pour être bien visible, l’objet choisi devra se détacher sur le fond sur
lequel on opère: clair sur un fond sombre (arbres), foncé sur un fond
clair (ciel).
Le point est exprimé par un bras levé légèrement au-dessus de l’horizontale; te trait par les deux bras levés légèrement au-dessus de l’horizontale. Au repos, le signaleur se tient les bras baissés, collés au corps en évitant de montrer les objets (voir figure).

6

L’apprentissage
Pour être convenablement reçus, les signaux doivent être émis à un
rythme très régulier, fût-il lent au début de l’apprentissage. Pour apprendre à haute voix, on désigne souvent le point par la syllabe ti (bref) et le trait par la syllabe ta (long). L’apprentissage des lettres et des signes est assez rébarbatif et seule une pratique assidue permet de créer les réflexes de compréhension du langage à une vitesse suffisante. Le jeu de la balle au mot (voir plus haut les jeux de ballon) peut aider une patrouille à revoir ses connaissances de morse tout en s amusant.

L’alphabet morse
Les lettres
7

Les signes de ponctuation

8

Les chiffres

11

Pour les nombres comportant une fraction, on ajoute un tiret entre le
nombre et la fraction. Exemple: 1 3/4 se transmet par 1 – 3/4 et non
13/4. De même pour les pourcentages: 2 % se transmet par 2 – 0/0 et non par 20/0.

Méthode d’apprentissage
Pour mémoriser plus facilement les signaux, on peut grouper certaines lettres par catégories:

Les points seuls                           Les traits seuls

12

On s’appliquera à retenir les mots eish et tmoch.

Les inversés (réfléchis dans un miroir)12

Les sandwiches

13

Les isolés

14

La procédure de transmission
Pour transmettre un message à un correspondant, il faut:
1) entrer en contact avec lui en l’appelant. Répéter cet appel toutes les deux minutes jusqu’à ce qu’il réponde;
2) obtenir les meilleures conditions de transmission possibles;
3) alors seulement, passer le message.

Les abréviations de message
Dans le scoutisme, on est généralement d’accord pour utiliser des abréviations pour les messages conventionnels.Voici les plus employées:

15

N.B. – Les groupes de lettres surlignés sont transmis comme une seule
lettre, c’est-à-dire sans l’espace de 8 à 10 secondes entres deux lettres. Pour les moins exercés, on se contentera de grouper IMI (= ou répéter le dernier mot).

La répartition des rôles
Pour réussir une transmission, surtout si elle doit être longue.il convient de mettre deux éclaireurs à chaque poste.

Le poste émetteur
Un éclaireur, assis, lit à haute voix le message lettre par lettre, sans se
préoccuper du sens des mots. Un autre éclaireur envoie les signaux correspondants au fur et à mesure qu’ils lui sont dictés. C’est donc celui qui lit qui règle le rythme dont on a dit l’importance un peu plus haut.

Le poste récepteur
Un éclaireur regarde les signaux et énonce les lettres à haute voix en
langage clair (il dit: « A » et non : « point-trait » ou : « ti-ta ») les unes
après les autres, sans se préoccuper du sens (sinon il risque de lui en
échapper!).
L’autre éclaireur, assis, écrit bout à bout les lettres énoncées. Il doit dire: « compris » à chaque mot.

 

 

Commentaires

le sifflet morse, morse scout eish tmoch, signalisation par morse scout apprendre, le sifflet mors, main boul de neig, morse des scouts de france HD.